Adresse postale:
4, rue Bachar Ibn Bord
2078 La Marsa B.P 63
Tunisie
Tél.:
+216 71 775 343
+216 71 742 895

Fax:
+216 71 742 902

E-mail:
fes@festunis.org

Jours de travail:
Du Lundi au Vendredi
European Foundation for Quality Management

Accueil

FES en Tunisie

Le bouleversement social du monde arabe a pris son début en Janvier 2011 en Tunisie.  C'est la raison pour laquelle la Tunisie est souvent considérée comme un indicateur de la transformation politique. La revendication de « travail, liberté et dignité» a été au centre des troubles politiques, et bien que le processus de transition politique progresse formellement et même si le développement économique du pays est relativement stable, l'ancrage réel de la justice sociale constitue – en particulier dans les régions marginalisées – un défi considérable.  La réussite d’une consolidation démocratique dépend à moyen terme de l’encaissement de l’ancrage de la justice sociale.

Depuis février 1988, la Fondation Friedrich Ebert a un bureau permanent en Tunisie et s’y engage pour le Dialogue, la Démocratie et le Développement. Avec la révolution, la Tunisie nouvelle a réaffirmé son choix stratégique d’adhésion aux valeurs de la démocratie, de la justice sociale et du respect des droits humains. Par l'inclusion des régions tunisiennes dans les processus de dialogue, et par l’organisation, en étroite collaboration avec ses partenaires, de débats nationaux et internationaux, séminaires, conférences, formations et consultations, la FES fournit, en termes de ses valeurs fondamentales, une contribution au développement socialement juste, participative et démocratique du pays, y compris les relations euro-méditerranéennes et l'intégration régionale au Maghreb. En plus de la coopération avec le mouvement syndical et social, notre travail est de soutenir les acteurs progressistes de la société civile qui s’engagent pour une participation politique, sociale et civile, en particulier les femmes et les jeunes, à travers le renforcement de l’action citoyenne et la promotion du débat pluraliste, du principe de l’égalité des droits entre hommes et femmes et du respect  général de l’universalité des droits de l’homme. L’objectif final étant l’enracinement des valeurs de la démocratie dans la vie politique et dans la société et la consolidation de la justice sociale.

Nos activités à destination de la Libye, à travers des séjours d’informations, des formations et des séminaires au profit de la société civile libyenne, des syndicalistes, des journalistes, des jeunes et des femmes engagées se sont intensifiées et diversifiées, depuis 2012, et ce dans le but de sonder la possibilité de l’engagement socio-politique et la promotion de la paix en Libye.

Trois projets régionaux de la Friedrich-Ebert-Stiftung sont basés en Tunisie, à savoir :

L’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de politiques et des stratégies nationales migratoires basées sur les droits, exigent une responsabilisation et une coordination plus forte des syndicats des pays d’origine, de transit et d’accueil. L’action de la FES repose sur cet axiome et accompagne depuis plusieurs années des syndicats qui ont fait le choix de hisser parmi leurs préoccupations centrales la protection des droits fondamentaux des migrants et la protection des droits des travailleurs qui transitent ou qui s’installent dans leur pays. Réunis dans un collectif syndical regroupant seize syndicats des trois régions, de l’Afrique de l’Ouest, de la rive Sud de la Méditerranée et d’Europe, intitulé le Réseau Syndical Migrations Méditerranéennes Subsahariennes – RSMMS, cette plateforme constitue le partenaire stratégique du nouveau projet migration de la FES d’une durée de 4 ans (2017-2020) qui a pour but de promouvoir le rôle des syndicats dans la gouvernance concertée des migrations et de la mobilité basée sur les droits et le dialogue social.  Les objectifs tournent autour du renforcement des capacités des syndicats pour une meilleure prise en charge des travailleurs migrants, une meilleure connaissance du terrain, le soutien institutionnel de la plateforme de coordination syndicale et le renforcement de l’approche multi-acteurs en vue de mener des actions de plaidoyer auprès des institutions sous régionales et régionales et d’harmoniser les législations en conformité avec les conventions internationales pertinentes. Les pays prioritaires : Tunisie, Maroc, Sénégal, Côte d'Ivoire, Niger, Bénin, Mali avec en second plan la France, l’Italie et l’Espagne. Le projet, piloté depuis Tunis, est développé en concertation avec les bureaux FES appartenant aux Départements MONA, Afrique et Europe.

Personne de contact:  Sami Adouani, Chef du Projet Migration – Afrique de l’Ouest / Afrique du Nord (PROMIG - FES) : sami.adouani@festunis.org 


Histoire de la FES en Tunisie

Le travail de la Fondation Friedrich-Ebert en Tunisie débuta en 1965 en partenariat avec l’Union Générale de Travailleurs Tunisiens (UGTT) et se poursuivit par l’ouverture d’un bureau régional à Tunis en 1970. Toutefois, la réalisation d’activités sur place se révéla difficile, de telle sorte que la FES quitta le pays en 1973.

Ce n’est qu’après la fin du régime de Bourguiba que des projets purent être à nouveau menés en Tunisie. En effet, le nouveau Président Zine El Abidine Ben Ali promit une ouverture politique, qui s’illustra par le retour ou l’implantation nouvelle de nombreuses ONG internationales. Néanmoins, la FES signa le 22 février 1988 un accord-cadre avec le gouvernement tunisien, limitant étroitement les activités de la FES au domaine de la coopération scientifique. Ainsi, jusqu’au début des années 90, les principaux partenaires de la fondation provenaient du milieu universitaire et avant tout des sciences économiques. L’UGTT étant sans direction jusqu’en 1991, le travail avec elle fut impossible durant les premières années de reprise des activités de la FES en Tunisie.

Dans le contexte du durcissement du régime de Ben-Ali, une nouvelle orientation émergea au sein de la FES Tunis, ayant pour résultat le renforcement des partenariats avec les acteurs de la société civile, en particulier dans le domaine des droits de l’Homme et des femmes. Cette extension des domaines d’activité trouva en 1997 une assise légale à travers la ratification d’un protocole additionnel à l’accord-cadre signé avec le gouvernement.

A partir de la moitié des années 90, dans le but de donner aux problèmes du pays une meilleure visibilité sur la scène publique, la FES de Tunisie mise de plus en plus sur l’organisation d’événements donnant à des représentants des médias, des experts et des politiciens l’occasion de s’exprimer et de dialoguer. Ce genre d’événement se constitua en domaine de travail de plus en plus important, ce qui explique la consolidation, au niveau des profils des projets, du passage de l’aide au développement économique au partenariat pour le développement politique et social.

En plus du travail avec la société civile et de l’organisation de débats et de conférences, la coopération avec l’UGTT s’ajouta dès 1997 à nouveau au programme de la FES. Après 2002, ce partenariat se renforça sensiblement jusqu’à devenir l’axe de travail le plus important de la FES Tunis. Ce renforcement intervint en particulier dans le cadre d’un projet syndical financé par l’Union Européenne de 2004 à 2006.

Avec la révolution, la Tunisie nouvelle a réaffirmé son choix stratégique d’adhésion aux valeurs de la démocratie, de la justice sociale et du respect des droits humains. La Fondation a, dès lors, élargi, en extension et en substance, le champ de ses activités dans quatre axes principaux :

  • Un soutien accru à la participation de la jeunesse 
  • Un appui élargi pour le renforcement de la justice sociale
  • Un débat approfondi sur l’universalité des Droits de l'Homme et l’égalité des genres
  • Un engagement étendu dans les régions.

En savoir plus:

Mise à jour: 29/11/2017 13:56 par Webmaster